Gouvernement: Akhannouch entame les négociations, et se désengage de ses activités commerciales

Le chef du gouvernement désigné, Aziz Akhannouch a entamé, lundi à Rabat, ses consultations pour la formation du nouveau gouvernement par une rencontre avec le secrétaire général du parti Authenticité et modernité (PAM), Abdellatif Ouahbi.

Dans une déclaration à la presse à l’issue de cette rencontre, Ouahbi a indiqué avoir échangé avec Akhannouch des idées sur la possibilité de former une coalition gouvernementale, notant avoir reçu des “signes positifs” du président du Rassemblement national des indépendants (RNI).

Il a assuré, à cet effet, que le dialogue se poursuivra entre les deux partis. “On va essayer de concevoir une vision commune pour l’avenir”, affirmé Ouahbi qui s’est dit convaincu que “les choses vont aller dans le bon sens”.

Le SG du PAM a tenu à féliciter le président du RNI pour la confiance placée en lui par SM le Roi, tout en lui souhaitant plein succès.

Le PAM qui était dans l’opposition lors de la précédente législature, est arrivé en deuxième position lors des élections du 8 septembre avec 86 sièges.

Dans un communiqué rendu public vendredi, le bureau politique du PAM avait affirmé être disposé à servir l’intérêt général depuis toutes les positions, et qu’il n’a pas tracé de lignes rouges.

Le Roi Mohammed VI a reçu vendredi au Palais Royal à Fès, Akhannouch que le Souverain a nommé chef de gouvernement et a chargé de former le nouveau gouvernement.

«Nous allons engager, à partir de ce jour, des consultations avec les partis, avec lesquels nous serons en accord dans le futur, pour la formation d’une majorité cohérente, homogène et porteuse de programmes convergents», a assuré Akhannouch dans une déclaration à la presse à l’issue de l’audience royale.

Rachid Talbi Alami, membre du bureau politique du RNI, avait indiqué samedi que le chef du gouvernement désigné doit mener une série de consultations avec tous les partis qui ont obtenu des sièges au Parlement pour la formation d’une coalition en vue de constituer la prochaine équipe gouvernementale.

Après sa nomination par le Souverain en tant que nouveau chef du gouvernement, Aziz Akhannouch, président du RNI, annonce également son retrait de toutes les instances de gouvernance de la holding familiale. Depuis son premier mandat ministériel déjà, le ministre de l’Agriculture sortant avait suspendu l’ensemble de ses activités professionnelles et commerciales, notamment de gestion et d’administration des filiales composant la holding familiale.

Aziz Akhannouch a donc décidé, ce lundi 13 septembre, de se retirer complètement de toutes activités, y compris celles relatives aux prises de participation, de gestion des valeurs mobilières, malgré l’absence d’une obligation réglementaire. Le retrait du secteur privé a pour objectif de pouvoir s’occuper à plein temps des fonctions dont il a été chargé par le Souverain.