Barak David: les USA ne reviendront pas sur leur décision concernant le Sahara

Après plusieurs atermoiements et un coup de pression de la diplomatie marocaine, l’administration Biden semble finalement infléchir du côté de Rabat. Selon Barak David, journaliste chez Axios, le secrétaire d’Etat américain Blinken a assuré à Nasser Bourita que malgré la transition, la position américaine concernant le Sahara ne changera pas… 

“Le secrétaire d’État Tony Blinken a déclaré vendredi au ministre marocain des Affaires étrangères Nasser Bourita lors d’un appel téléphonique que l’administration Biden ne retirera pas la reconnaissance par le président Trump de la souveraineté du Maroc sur le Sahara occidental, du moins pour le moment, m’ont dit deux sources proches du dossier”, indique le journaliste israélien basé à Tel-Aviv sur le site d’information américain Axios. 

Il n’y avait eu pratiquement aucun contact entre l’administration Biden et le gouvernement marocain au cours des trois premiers mois du mandat du nouveau président américain. 

“Il y a dix jours, le conseiller de Biden pour le Moyen-Orient, Brett McGurk, s’est entretenu avec Bourita et a donné l’impression qu’il n’y aurait pas de changement dans la politique américaine sur le Sahara”, explique Barak David.  Le communiqué du département d’État suite à l’entretien de Blinken avec Bourita vendredi n’a pas mentionné le Sahara, mais le journaliste affirme que le dossier a bel et bien été abordé. 

L’attitude laxiste des Etats-Unis lors de la dernière rencontre du Conseil de sécurité de l’ONU sur la question a d’ailleurs été vivement critiquée côté marocain. Le 24 avril dernier, l’ancien cheikh d’identification, Mohamed Salah Tamek, a pointé le silence des États-Unis devant les actions qu’engagent le Polisario et l’Algérie pour mettre en péril la paix dans la région du Sahara.

“Comment pourraient-ils (États-Unis) alors garder le silence devant les actions qu’engagent le Polisario et l’Algérie pour mettre en péril la paix dans la région ? Comment pourraient-ils tenir une telle attitude après la reconnaissance par l’administration Trump de la souveraineté du Maroc sur le Sahara ?”, déclarait-il.

Selon les différentes sources, si américains ont décidé de ne pas revenir sur la décision de Donald Trump, ils ont néanmoins insisté sur la nomination d’un nouvel envoyé de l’ONU afin d’essayer de reprendre les pourparlers sur la base du plan d’autonomie marocain.