Sous l’effet de la demande intérieure, l’activité économique reprend du souffle

Après quatre trimestres de baisses successives, l’économie nationale se serait redressée de 0,7% au premier trimestre 2021, sous l’effet d’un rebond de 13,7% de la valeur ajoutée agricole et d’un repli de 1% des activités hors agriculture. Le HCP prévoit même une progression de 14,7% au deuxième trimestre 2021. 

Dans contexte de reprise globale de l’économie mondiale, les grands agrégats de l’activité au Maroc commencent à passer légèrement au vert, selon la dernière note de conjoncture publiée aujourd’hui par le HCP. La demande mondiale adressée au Maroc aurait ainsi enregistré une hausse de 3,5%, en variation annuelle. 

Cette évolution est principalement imputable à la valeur ajoutée agricole, et à un léger redressement de la demande intérieure.  La consommation des ménages, qui avait régressé de 4,3% au quatrième trimestre 2020, se serait redressée de 0,8% au premier trimestre 2021, dans le sillage d’un léger redressement des achats de biens manufacturés. La consommation des administrations publiques aurait, pour sa part, progressé de 1,8%, au lieu de -0,7% un trimestre plus tôt, en ligne avec l’accroissement des dépenses de fonctionnement administratif.  Au niveau de l’agriculture, et avec des températures légèrement en hausse au premier trimestre 2021 et un excédent pluviométrique de 25,8% par rapport à la normale a conduit à une hausse de la production végétale à 6,1% par rapport à la moyenne quinquennale. 

Le planificateur national est certes optimiste pour la deuxième moitié du trimestre, mais base cette prévision sur l’amélioration  progressive de la croissance mondiale et un raffermissement de la demande intérieure, notamment une hausse des dépenses des ménages. Et avec les performances du secteur agricole, l’activité économique enregistrerait une hausse de 14,7% au deuxième trimestre 2021, en variation annuelle. Une évolution qui semble étourdissante, mais qu’il s’agit de recouper avec l’effet “d’ajustement de base”, puisque l’activité pendant le confinement, au deuxième trimestre 2020, avait chuté de 15,1%.