Les écarts en revenus salariaux continuent de se creuser

Dans une analyse publiée le 18 mai, le Haut commissariat a établi une note sur les sources de revenus des ménages, basée sur son enquête effectuée en 2019. Ainsi, les salaires sont les grands contributeurs aux inégalités sociales au Maroc. 

Le revenu salarial des 20% des ménages les plus aisés est 14,1 fois celui des 20% des ménages les moins aisés. Cet écart est de 25,9 fois entre les 10% des ménages les plus aisés et les 10% les moins aisés. Dans ces conditions, les inégalités salariales contribuent pour 40% aux inégalités du revenu global mesurées par l’indice de Gini. 

Ce sont cependant les revenus provenant de l’emploi indépendant non agricole qui présentent les écarts les plus prononcés. Les 20% des ménages les plus aisés détiennent 16,5 fois le revenu des 20% des ménages les moins aisés. Cet écart est de 38,4 fois entre les 10% des ménages les plus aisés et les 10% des ménages les moins aisés. Ainsi, les inégalités inhérentes à cette source de revenu expliquent 20,2% des inégalités du revenu global des ménages, 21,7% en milieu urbain et 14,2% en milieu rural.

Le revenu agricole des 20% des ménages les plus aisés est 15,2 fois celui des 20% des ménages les moins aisés. Cet écart est de 38 fois entre les 10% les plus aisés et les 10% les moins aisés. Au total, les disparités associées à la répartition du revenu agricole contribuent à hauteur de 13,2% aux inégalités du revenu global des ménages. Cette contribution s’élève à 60% en milieu rural. Les inégalités associées aux revenus de transferts expliquent près de 16,9% de l’inégalité du revenu des ménages, toutefois c’est en milieu urbain qu’elles génèrent une part plus importante de l’inégalité du revenu (19,9%) contre 4,8% en milieu rural.

Avec HCP